L’ implantation d’un programme d’évaluation de la performance mène souvent à des réactions contradictoires. D’une part, les employés peuvent se sentir soudainement étudiés et percevoir cette mesure de contrôle comme un manque de confiance. Certains seront effrayés et d’autres réagiront avec de la colère. Un scénario est certain, l’implantation de ce programme ne fera pas l’unanimité. Par contre, certains de vos employés seront soulagés et heureux de connaitre l’heure juste. Ces mêmes personnes retrouveront un sentiment d’accompagnement et apprécieront le soutien que vous pourrez apporter en connaissance de cause. Vous développerez une proximité qui vous permettra d’être à l’écoute et qui permettra aux employés de se sentir impliqués. Plusieurs facteurs feront de votre programme un succès et vous devez en être conscient dès la planification.

 

Performance et implication

Plusieurs enquêtes rapportent que les organisations qui se positionnent comme performantes, affirment devoir ce rapport d’efficacité à leur programme de gestion de la performance. Ces programmes, qui permettraient de stimuler la performance organisationnelle ainsi que l’atteinte des objectifs stratégiques, seraient, en quelque sorte, un moyen d’engager les employés envers l’organisation. Par ailleurs, il fut prouvé que les employés, qui avaient reçu une évaluation au cours de l’année, étaient plus impliqués au sein de l’organisation. Établir un processus de gestion de la performance présente plusieurs atouts tant pour les employés que pour les superviseurs et l’organisation. Les principaux intéressés, les employés, apprécient ce type de processus pour l’aspect de transparence qui leur permet de connaitre les attentes et les priorités. Il permet de recevoir une rétroaction régulière, d’établir un dialogue et de se sentir parties prenantes d’une organisation. Ainsi, un esprit de coopération, de collaboration et de travail d’équipe s’installe.

 

Le processus

La gestion de la performance correspond à un processus continu d’activités réparties selon les étapes suivantes. Tout d’abord, il est primordial de déterminer et de planifier les performances à atteindre, soit les attentes, les objectifs et les priorités. Ensuite, il faut mettre en branle des activités pour assurer un suivi des opérations en vue d’aider les individus, les équipes et les groupes à se conformer aux attentes. Ultérieurement, des activités d’appréciation de la performance sont requises. Enfin, il est nécessaire de mettre sur pied des activités visant à reconnaitre la performance, à développer le potentiel des individus ou à apporter les correctifs nécessaires à l’atteinte de la performance. (Discipline, plan de formation ou développement). Ainsi définie, la performance des employés doit être gérée sur une base continue. Or, c’est souvent à ce niveau que le problème se situe. Il arrive fréquemment que des superviseurs ne mènent des entretiens annuels qu’à la suite d’une demande de la direction ou pour gérer les cas particuliers.

 

Les critères d’évaluation

Pour évaluer la performance, on doit établir les critères qui permettront de porter un jugement sur la contribution ou la performance d’une personne. Il est préférable de recourir à la fois aux résultats et aux comportements pour évaluer convenablement les employés. Les résultats représentent, théoriquement, les normes à respecter ou les objectifs à atteindre. Ils peuvent représenter le nombre d’unités à produire, le coût par unité, le nombre minimal de dossiers à traiter par jour ou un nombre d’appels à répondre. Ils reposent sur des critères individualisés, ils prescrivent des buts à atteindre et ils communiquent les priorités. Les comportements déterminent la bonne manière de faire son travail et ils reflètent, d’une même façon, les valeurs de l’organisation. À eux seuls, les comportements suffisent rarement à l’évaluation de la performance, puisqu’ils ne mesurent pas l’obtention de résultats. À l’opposé, lorsque seule l’atteinte de résultats compte, les employés sont plus tentés de prendre n’importe quel moyen pour y parvenir. C’est pourquoi il est préférable de recourir à la fois aux résultats et aux comportements pour évaluer convenablement les performances de vos équipes.

 

Les formulaires d’évaluation

Lors de la préparation des formulaires d’évaluation, il importe d’assurer la pertinence (évaluer la bonne chose) et la validité (bien évaluer la chose) des critères de performance. Il faut aussi assurer la facilité d’emploi, le temps requis pour remplir le formulaire, et son acceptation ou son appropriation par les cadres-utilisateurs et les personnes évaluées.

 

Le succès du programme

Enfin, pour optimiser le succès d’un tel programme, il est nécessaire de consacrer des efforts en vue de promouvoir et d’expliquer le programme aux employés évalués ainsi qu’à leur supérieur. Il est important d’insister sur le rôle crucial qu’ont les évaluateurs. Les employés seront plus réceptifs s’ils comprennent qu’ils sont évalués par des personnes possédant les habiletés nécessaires et les motivations qu’elles ont à le faire. Il est tout aussi important que la direction mette sur pied un système de récompense destiné aux cadres qui entreprennent des actions concrètes pour évaluer la performance de leurs employés.

 

Outre toutes ces mesures, sur le plan contextuel, la performance est fondamentalement plus encline à être élevée si la culture organisationnelle est propice au développement. En effet, il est important de veiller à entretenir un climat où les employés performants sont respectés et encouragés. L’objectif ultime, dans ce contexte, est de faire de la performance, une responsabilité collective, où chacun est responsable de sa performance, mais aussi de celle de l’entreprise. Enfin, l’ensemble des pratiques de gestion des ressources humaines doit être cohérent et complémentaire avec cette pratique pour mener à des résultats optimaux.

Performance

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>